Etats de l'art
IT Informatique et Technique
Formation Micros et mobiles, serveurs, réseaux : la synthèse

Connaissances préalables pour suivre cette formation Etats de l'art :

• Aucunes

Public de cette formation Etats de l'art :

• Professionnels souhaitant acquérir une vision d’ensemble du domaine

Objectifs de cette formation Etats de l'art :

• Ce séminaire, exceptionnel par la richesse de l’information synthétisée, dresse un état de l’art complet des concepts, des techniques, des architectures et de l’offre du marché. Il analyse l’évolution des composants d’infrastructure (smartphone, tablette, PC, serveur, réseau, système d’exploitation, virtualisation) et des grands domaines applicatifs, puis évalue leur répercussion sur l’infrastructure du système d’information. Il éclaire les principaux choix techniques et organisationnels, et analyse leur prise en compte pour la période des trois ans à venir dans les stratégies d’équipement de l’entreprise



Méthodes pédagogiques de cette formation Etats de l'art :

• 6 à 12 personnes maximum par cours, 1 poste de travail par stagiaire
• Remise d’une documentation pédagogique papier ou numérique pendant le stage
• La formation est constituée d’apports théoriques, d’exercices pratiques et de réflexions

Formateur de cette formation Etats de l'art :

• Consultant-formateur expert Etats de l'art

Méthodes d'évaluation des acquis de cette formation Etats de l'art :

• Auto-évaluation des acquis par le stagiaire via un questionnaire
• Attestation de fin de stage adressée avec la facture

Contenu détaillé de cette formation Micros et mobiles, serveurs, réseaux : la synthèse :


     La fuite en avant technologique


     La fuite en avant technologique

    • Microprocesseurs, performances, consommation et coûts. Intel et AMD face aux processeurs RISC (Power, Apple A & M, ARM/Cortex). Après le 64 bits, les multicœurs, le Tri-Gate 3D pour confirmer la loi de Moore
    • L’évolution vers les SoC (System On Chip) : disparition des chipsets, bus haut débit, intégration des fonctions graphiques (APU), d’administration, de sécurité, de virtualisation : TPM, VPro
    • Core iX, Xeon, Phenom. Place de l’architecture ARM /Cortex (Qualcom/Snapdragon, NVidia/Tegra) face à Intel/Atom. Microprocesseurs pour objets connectés (Quark/Curie). Vers des chips Google, Amazon
    • Affichage Ultra HD (Retina, OLED, e-Paper), disques Flash (SSD), connectique HD. Traitement de l’écriture et de la voix. Écrans tactiles multipoints et interfaces «gestuelles» (Kinect, Leap, Gaze). Caméra et imprimantes 3D. Projection d’écran et clavier virtuel. Batteries et induction (QI)

     Du smartphone à la tablette et au PC

    • PC et portables face aux terminaux Windows, smartphones, tablettes, phablettes, ultrabooks et « hybrides «. Quel poste de travail en 2015 ? Place des PC sur clef USB, des Chromebook et des NUC (Next Unit of Computing). Quel «terminal» pour quel usage métier ?
    • De Windows 7 à Windows 8.1 (Pro, RT et Phone). Windows 10, premier OS commun PC- tablette-smartphone télédistribué? Quid de Linux et Android ? Place de Mac OS et de Chrome OS. Situer iOS et Android, Windows Phone et les Linux-like (Tizen, FirefoxOS)
    • Apports de la virtualisation des postes de travail, l’hypervision, la virtualisation des applications et l’émulation

     Serveurs, stockage, archivage et Datacenter

    • Evolution des architectures multiprocesseurs, multicœurs. Quelles capacités d’entrées-sorties et puissances disponibles ? Serveurs ARM, «physicalisation» et «Performance par watt»
    • Consolidation des serveurs : racks, «lames» (Blades). Impact des cartes graphiques (Nvidia/CUDA)
    • FBI (Fabric-Based Infrastructure), standardisation des composants (RackScale, OpenCompute) et serveurs intégrés (Oracle, VCE)
    • Stockage et archivage hiérarchisés (Tiering) et virtualisés. SAN, NAS et SATA. Recours aux disques Flash/SSD (PureStorage), SSHD (disques hybrides X-IO). Déduplication et Thin Provisioning. ScaleOut/In, stockage objet. iSCSI, FCoE ou Ethernet 10/40GE
    • Windows 2012 face à Linux et Unix (AIX, Solaris, HP-UX). Quelles performances des serveurs de fichiers aux applications critiques ? Place de l’Open Source et du logiciel libre. Avenir des mainframes (z-Enterprise)
    • Evolution des architectures de datacenters vers plus d’évolutivité (puissance à la demande) et d’efficacité énergétique (PUE) : UPS, «free cooling», couloirs chaud/froid, etc. Le cas particulier des containers

     Connectivité, réseaux et Internet

    • ADSL, fibre optique, CPL et câble. Aujourd’hui VDSL, FTTH/B et 4G. Demain LTE-5G
    • Les LAN. Banalisation du gigabit Ethernet. Place de l’Ethernet à 10 et 100 gigabits, FcoE, PoE ?
    • Le standard WiFi 802.11n, bientôt -i, -r. et -ac/af. Quelle place pour WiMAX ? Bluetooth, NFC, RFID et étiquettes en réseau
    • La convergence des réseaux. UMA et roaming. Place du femtocell
    • Objets connectés, M2M et réseaux de capteurs : ZigBee, Ant, HomeRF. Réseaux radio SigFox
    • Evolution vers TCP/IP v6. Causes, moyens, outils. Extension d’adressage, contrôle de flux, QoS
    • Téléphonie sur IP. Les standards : H323, SIP. IPBX, Centrex IP et SIP Trunking. Après la ToIP, la VoIP
    • Interconnexion de réseaux. Place des offres MPLS. Très haut débit sur fibre optique (UDWM). La nécessaire accélération WAN

     Sécurité et confidentialité

    • Panorama des menaces et «Social engineering». Principaux «trous» de sécurité. Typologie des attaques. Sécurité passive et active
    • Généralisation du chiffrage. Algorithmes (DES, AES, RSA), protocoles (SSL, S-MIME). Les SED (Self Encryption Drive). Signature numérique et certificats
    • La protection du poste de travail. Cryptage. Biométrie (TouchID, fingerID). Reconnaissance faciale. Anti-malwares. Protection des connexions (VPN/WiFi)
    • Mise en place de DMZ, firewall NG, NAC. Serveurs dédiés (cache, filtrage, compression, SSL). Sécurité «tout en un» UTM (Unified Threat Management). Surveillance avec les SIEM (Security Information Management System), SEG (Secure email Gateway), DLP (Data Loss Prevention)
    • Authentification double facteur et habilitation. Les annuaires (LDAP, Active Directory). Mise en œuvre du SSO. Gestion et fédération d’identités (IAM)
    • Gestion des risques et continuité d’activité. ISO 27000. RPO et RTO. PRA et PCA. Impact des niveaux de disponibilité sur les serveurs, logiciels, données, datacenter

     Virtualisation et SDDC (Software Defined Data Center)

    • Virtualisation et hypervision sur serveur (VMware VSphere, Citrix XenServer, Windows Hyper-V, RHEV-KVM, etc). Impact de la virtualisation sur la puissance, la consolidation, l’administration, la disponibilité (PRA). Les contraintes (Connexions réseaux, volume d’I/O, puissance)
    • Nouvelles formes de mise à disposition du poste de travail : déport d’interface, streaming et virtualisation. Panorama des solutions «client side» (bare metal et hosted) : Xen Client, VMware, Med V et «server side» shared (Xen Apps, TSE) et VDI (VMware View, Xen Desktop). Place du streaming d’applications et de l’émulation (Fusion, Bluestack)
    • Docker et les containers : une rupture technologique, alternative crédible à la virtualisation ?
    • Virtualisation du stockage et de l’archivage : SDS (Software Defined Storage). Impact sur les volumes, l’administration, le provisioning. Appliances et solutions logicielles (Datacore), VTL (Virtual tape Library) et Boot on SAN
    • Virtualisation des réseaux : SDN (Software Defined Network). Contraintes sur l’infrastructure existante (commutateurs, routeurs, connectique). Le standard Openflow
    • Vers le SDDC (Software Defined DataCenter). Les offres d’architectures «convergées» (vBlock, Flexpod, Pureflex, etc.) et hyper-convergées (Nutanix, Simplivity)

     Cloud Computing

    • De l’infogérance au Cloud. Cloud public, privé, communautaire. Typologie de services : SaaS, PaaS, IaaS et variantes (DaaS, BPaaS, BIaaS, etc.). L’évolution vers une solution hybride
    • Avantages et inconvénients : élasticité, disponibilité, sécurité, allocation dynamique, coût, etc. Autoscaling et Cloudbursting
    • Intérêt du passage au Cloud privé. Prérequis en termes d’architecture, de datacenter et d’exploitation (SLA, ITIL). Les plates-formes (VCenter, SCVMM, Cloud Platform)
    • Place d’Openstack face à vCloud et CloudOS. Les composants majeurs (Nova, Neutron, Keystone)

     L’impact des architectures sur l’infrastructure


     Bureautique, communication et collaboration

    • Apports d’Office 2013 (Office 16 à venir) et des suites Open Source (LibreOffice). Place des logiciels sur smartphone et tablette (Office Mobile, OfficeSuite, Kingsoft)
    • Travail collaboratif. Messagerie, communautés, workflow, gestion de documents. Vers la communication unifiée, associant téléphonie, messagerie, chat, webconférence et gestion de présence
    • L’impact du Net. Le Desktop Search. Le «bureau virtuel» et la mobilité. L’ «espace virtuel» avec iCloud, Onedrive, Google Drive, Dropbox. Quel navigateur (Chrome, IE, Firefox, Safari) ?
    • Place des offres SaaS (Google Apps, Office 365)

     Architectures applicatives

    • Client-serveur et P2P. Impact d’HTML5. Le RWD (Responsive Web Design)
    • Frameworks et indépendance des plates-formes. .NET (Microsoft) vs JEE (Java). Contraintes liées aux langages : Java, C#, JavaScript, PHP, Python, Ruby, etc, et aux AGL (Eclipse, Visual Studio .NET, IntelliJ, NetBeans). Impact de l’interprétation. Développer pour smartphone et tablette (Phonegap, Cordova, Xamarin, Appcelerator) et dans le Cloud (PaaS): Azure. Cas spécifique des objets connectés (Mi
    • XML et indépendance des données. Place de JSON et XEI
    • Client léger et client «riche». Place d’Ajax. RIA et RDA. Serveurs de «pages dynamiques» ( LAMP) et d’applications (WebSphere, WebLogic, JBoss, Windows 2012 R2, etc.)
    • SGBDR, ouverture (ODA, JDBC), intégration de XML :Oracle, DB2, SQL Server, MySQL, Postgres. Le "In-memory"
    • Architectures orientées services (SOA), Web Services (SOAP, REST, UDDI). Utilisation des API des réseaux sociaux
    • Applications smartphones/tablettes disponibles sur les «stores» (Apple Store, Google Play, etc.) utilisant géolocalisation, capteurs, etc. Place de la réalité virtuelle
    • Quelle infrastructure serveurs et réseau pour supporter hétérogénéité applicative, VDI et déport d’interface ?

     Progiciels et Urbanisation

    • Evolution des progiciels intégrés (ERP). Gestion de la relation client (CRM) et multicanal e-CRM : Web, téléphone, e-mail, (Siebel, Salesforce, SugarCRM, etc.)
    • E-commerce, e-procurement et impact sur le SCM/PLM (Supply Chain/Product Lifecycle Management)
    • Dématérialisation des documents et des échanges. Numérisation signifiante et à valeur probante
    • Amélioration de l’»agilité» d’entreprise et accélération des processus métier. BPM (Business Process Management) et SOA (Service Oriented Architecture). Place des EAI et ESB (Enterprise Service Bus)
    • La disponibilité des données, le datawarehouse et la BI. Intégration des données et référentiel d’entreprise (MDM)
    • Evolution de l’Intranet vers le portail d’entreprise : accès aux applications, aux connaissances, travail collaboratif, gestion des contenus (ECM et CMS), moteur de recherche. Intégration de la «socialisation» : wikis, blogs, communautés, etc

     Administration et BYOD

    • Administrer «proactivement» systèmes et réseaux, processus, SLA, charges et trafic, 24/7
    • Évolution des plates-formes d’administration. Rôle de la CMDB (ITIL) et de l’APM (Application Performance Management). Mise en œuvre des outils logiciels de suivi "Build-Run-Save"
    • Problématiques spécifiques posées par le Devops, la virtualisation, l’archivage, le cloud, etc
    • Le MDM (Mobile Device Management) pour maîtriser BYOD, BYOA, BYOI au plan de la sécurité, la confidentialité, la mise à disposition des logiciels et des données

     Big Data

    • Nouvelle architecture de stockage et de traitement face au « déluge» de données alimenté par les entreprises, les «open data», les réseaux sociaux et les objets connectés
    • Stockage distribué HDFS et bases de données NoSQL pour des données non structurées (orientées Colonne, graphe, document, clef-valeur). Hadoop et HBase, Cassandra, MongoDB, Dynamo, etc. Manipulation des données (Pig, Hive)
    • Programmation basée sur la paralllisation des traitements (MapReduce), le transactionnel et le temps réel (Complex Event Processing). Le langage R. Le «machine learning»
    • Les logiciels de Business Analytics : Qliktech, Tableau, Attensity, etc Le Dataviz
    • Quelle infrastructure pour supporter le Big Data : «on premise» ou dans le cloud ?

     Stratégie d’équipement et gestion des infrastructures

    • Concilier l’existant, les besoins des utilisateurs, l’innovation, l’impact d’Internet, du Cloud, du Big Data et les coûts. Définir le poste de travail et le datacenter à cinq ans. Externaliser ou pas ?
    • Quelle stratégie de développement applicatif et d’architecture du SI ? Quelle infrastructure réseau ? À quel degré consolider, centraliser et virtualiser ?
    • Côté poste de travail : faut-il télédistribuer, virtualiser, streamer ?
    • Quelle externalisation ? Le recours au Cloud pour la bureautique, la messagerie et le collaboratif est-il une priorité ? Quel cloud «hybride» ? Quels coûts ? Quels contrats ? Quelles contraintes (confidentialité, localisation) ?
    • Quelle politique d’équipement en phase avec la stratégie globale ? Comment gérer les «migrations technologiques Quels types de serveur ? choisir en tenant compte d’un process récurrent de consolidation ? Comment intégrer les utilisateurs mobiles (tablettes, smartphones) et autres clients «légers» ? Le BYOD / BYOA est-il la solution ?
    • L’organisation. Les nouveaux métiers : architecte, sécurité, data scientist, SEO, testeur, Cloud master, etc. Le nouvel organigramme de la DSI


INTER INTRA

Produit : Formation Etats de l'art

Code du stage : SEA114

Certification(s) Préparée(s) : Non

Durée de la formation : 3 jours

Prix (HT) : 2615 €

PDF
Plan de cours PDF
Bulletin
Bulletin d'inscription
Prochaines sessions
Nous consulter par mail
Tél: 01 71 19 70 30
Autres formations
Haut de page